TGS : Lapins et Fanfreluches

Voilà déjà deux mois qu’a eu lieu le Toulouse Game Show, un festival multivers mais principalement axé sur les jeux vidéos et les mangas / la culture japonaise. J’y étais pour présenter mes livres, sur le stand des éditions du Chat noir.

Oui mais, sur deux journées, on trouve toujours un peu de temps pour visiter les autres stands!  =^__^=
Voici donc une petite « compil’lapins » de furoshiki achetés sur le stand de l’association Wakaba : deux automnes et un printemps. On reconnaît les saisons respectivement aux feuilles d’érable, kaede, et à la contemplation des cerisiers en fleur, sakura ohanami.

« Lapin » se dit « usagi » en japonais, et j’utilise souvent se terme pour désigner les lapins blancs tout mignons et tout ronds qui sont utilisés comme figures esthétiques et symboliques.

Furoshiki avec usagi (lapins blancs japonais) représentant les saisons automne (2: feuilles d'érable, kaede) et printemps (1: cerisiers, sakura ohanami). Achetés au stand Wakaba.

Les furoshiki sont des pièces de tissu carrées que les Japonais utilisent de diverses manières, mais principalement pour emballer des choses. Personnellement, des furoshiki comme ça, je les utilise surtout comme décorations!  🙂

À trois pas de là se trouvait le stand de la boutique de thé Saveurs et Harmonie, qui propose non seulement des mélanges et des crus absolument délicieux, accompagnés de conseils poussés et avisés, mais aussi des tasses, théières et… boîtes à thé !  😉

Usagi en sakura ohanami, avec la boîte à thé en fleurs achetée chez Saveurs et Harmonie (Toulouse) et thé Cerise sur le gâteau.

Le thé est délicieux ; il s’agit d’un thé vert aux saveurs de Noël… Rare et savoureux ! Goût cannelle et cerise. Et puisqu’on parle de « cerise », cette boîte à thé, recouverte d’un papier doux et satiné, qui réussit par ses couleurs à faire naître dans l’espace une vibration joyeux et sereine tout ensemble, comme un ciel d’été qui éclot à peine, n’est-elle pas juste un doux joyau de soleil empesé ?
J’avais déjà eu le coup de cœur pour cette boîte et j’ai profité d’une offre spéciale TGS pour en sertir mon salon !

Voilà pour les usagi, mais qu’en est-il des fanfreluches ? C’est le moment de vous parler pour la première fois en ces pages de Sartorial Matters.

Sartorial Matters (« Questions vestimentaires », au sens de sujet de discussion, en français) est une boutique présente sur Etsy et dont Johanna, l’unique gestionnaire – adorable et très rapide dans ses réponses –, vit à Édimbourg.
Moi, déjà, rien que ça, ça me fait rêver…   =^•^=
(Mon petit côté landes, fjords, pubs et châteaux écossais, faut croire !)

J’y achète des vêtements de temps à autre, et m’y régale les mirettes souvent. Il se trouve que ma robe du samedi est issue de cette boutique. Vanessa Terral sur le stand des éditions du Chat noir, au Toulouse Game Show 2015. Photo de Didier Jacquet.J’allais le soir même à un anniversaire au Rest’Ô Jazz et la personne à la fête avait recommandé une ambiance « Années folles à la Nouvelle-Orléans ». Idéale pour étrenner ce petit bijou doré…

Hélas, c’est la photo où l’on voit le mieux les motifs, mais moins la coupe – merci à Didier Jacquet de l’avoir prise, d’ailleurs !
Il s’agit d’un article vintage des années 1960, une mini-robe en brocart, scintillante et en forme de trapèze. Faite pour les cocktails et les ambiances « go-go / soul du nord », elle présente une couleur pêche très douce – et assez proche de ma propre couleur, apparemment – et des motifs floraux en fil doré brillant *shiny shiny*. « Super glam ! », disait Johanna, et sa parole était d’or…  😉
Lorsque je l’ai reçue, cette robe était fendue dans le dos. Johanna se questionnait sur la possibilité qu’il y ait une fermeture éclair autrefois et c’est vrai qu’en la portant, j’avais l’impression qu’elle ne tombait pas très bien. J’ai fait rajouter une fermeture et depuis, elle est juste parfaite!  ❤

Le dimanche, j’ai opté pour une vêture steampunk – qui offrait aussi l’avantage d’être légèrement plus chaude, car la saison et le grand hall mal isolé rendaient les bras nus un peu juste niveau Celsius.

Vanessa Terral en costume steampunk light, sur le stand de Rêves temporels lors du Toulouse Game Show de novembre 2015.La chemise vient… Houlà, je ne sais plus, c’est peut-être bien ma mère qui me l’a donnée il y a très longtemps. La jupe (qui comprend aussi ce qui ressemble à un jupon au-dessus, mais qui est en réalité un second volant) est une trouvaille de cette fantastique boutique rétro : GrouchO, située au 39 rue Peyrolières, à Toulouse.

On discerne mal les accessoires, c’est dommage. Les chaussures sont des Kickers (eh oui !) agrémentés de clips à chaussures créés par Tuik. Le collier est une réelle merveille imaginée et réalisée par Natalia. D’une esthétique naturelle, avec son abeille et sa petite araignée, je l’adore – mais j’ai déjà vu des arachnophobes exprimer un avis différent !  😉
La ceinture est un simple châle en forme d’écharpe.

Le décor a été réalisé par Rêves temporels (nous nous trouvions sur leur stand) et la photo prise par Azylis (la fameuse Cécile qui m’a inspirée pour ce blog), mais j’ai rajouté une teinte sépia.

Voilà pour les petits plaisirs et les fanfreluches de ces deux journées !
Le prochain article devrait être sur un des personnages que j’ai créés à l’occasion d’un événement steampunk – car ces manifestations nous invitent à imaginer et assembler les pièces pour interpréter un élément du thème, ou du lieu, ou des deux, avec un troisième élément parfois.
Mais ceci est une autre histoire…  😉

À très bientôt !

Sur Facebook :

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s