Notre Mère des Fronts blêmes – mon 1er perso steampunk

Depuis le Bordeaux Geek Festival de 2015, j’avais envie de découvrir la mouvance steampunk, sa communauté et ses événements. Le Steam Tour 2015 (cette année-ci, il n’y en a eu qu’un seul en France), organisé en septembre par Chitra Event dans la jolie ville d’Albi, était une occasion rêvée.

Affiche du Steam Tour Albi 2015, organisé par Chitra Event

L’une des animations proposées était le concours de Lady & Lord Steampunk, où l’on récompensait le costume, mais aussi le personnage, l’originalité et l’à-propos de celui-ci et la prestation. Le thème, sans obligation, était la Belle Époque.

Au départ, je ne pensais pas participer. Je ne me sentais pas vraiment « légitime », car je débutais dans ce mouvement. Mais très vite, une idée m’est venue et n’a pas voulu me quitter, jusqu’à ce que je la réalise. Ainsi est née Notre Mère des Fronts blêmes.

Notre Mère des Fronts blêmes, costume pour le Steam Tour Albi 2015, avec Vanessa Terral, photo de Tenhaku


J’avais déjà visité Albi et le musée Toulouse-Lautrec. J’avais été en particulier frappée par l’histoire et les représentations de la mère du peintre Henri (1864-1901),Portrait de la comtesse Adèle de Toulouse-Lautrec la comtesse Adèle-Zoé de Toulouse-Lautrec…

Elle aimait beaucoup son fils et l’a soutenu durant sa vie et après son décès, notamment en se battant pour la création du musée. Et quand on voit les portraits qu’il a faits d’elle, on sent tout l’amour qu’Henri lui portait, à quel point elle a été importante pour lui, lui apportant une confiance dans son art et ses capacités, l’encourageant. Je pense qu’elle a été essentielle dans sa naissance en tant qu’artiste connu mondialement – mais aussi dans le rapport qu’il entretenait avec les femmes. Henri de Toulouse-Lautrec était très aimé des filles de joie car il les respectait, et savait les regarder avec tendresse et compassion.

C’est ainsi que je me lançais dans la création d’un personnage qui représenterait les mères de ces artistes qui doutent.

 

Notre Mère des Fronts blêmes, illustration par Blue Millenium

Notre Mère des Fronts blêmes

L’ange des artistes maudits… Ou bien n’est-elle qu’une illusion née des limbes fuligineuses d’un cerveau enfiévré?

Fantôme ou envoyée du Seigneur qui prend pitié des âmes faibles dont il a scellé la destinée, leur accordant le don de voir au-delà, elle est celle qui choie, qui console et qui berce [ …de sa voix lointaine, et calme, et grave… ] ; de sa main fraîche sur des fronts hantés de visions fantasmagoriques.

(Illustration par Blue Millenium)

 

Ça a été un plaisir de réfléchir sur la façon dont je donnerais une apparence à ce personnage !
Je savais déjà quelle serait la base : une robe provenant de chez Sartorial Matters, que j’avais achetée quelques mois plus tôt et pour laquelle je cherchais une occasion. Notre Mère des Fronts blêmes par Vanessa Terral, costume pour le Steam Tour Albi 2015, photo de Caro Bohème

Il s’agit d’un modèle des années 60 du label After Six, en mousseline de soie à la couleur bleu glacier. Un peu trop grande pour moi, mais le prix très abordable m’avait décidée. J’ai complété avec des gants et une sorte de traîne en dentelles. Pour cette dernière, j’ai usé de mes maigres talents en couture. Ça m’a quand même pris cinq ou six essais avant de comprendre comment mettre les plis de façon à ce que ça retombe exactement comme je le souhaitais…
Le col est une création de Grafik et Grafok, la broche-miroir avec un oiseau devant de MyOppa. J’avais choisi ce bijou car il exprime l’âme : le miroir, objet magique qui tient du rêve et où l’on peut voir, paraît-il, les esprits et les morts (spiritisme) ; l’oiseau qui représente l’âme elle-même dans plusieurs cultures. Le médaillon – on ne le voit pas très bien sur la photo – est tenu par un ruban en organza bleu clair. Deux breloques y sont associées : une paire de ciseaux en forme d’oiseau (il s’agit d’une forme connue pour les ciseaux de couture) et une clef, pour symboliser le rang de gardienne et maîtresse du foyer. À l’intérieur, j’avais glissé une photo d’Henri de Toulouse-Lautrec.
Enfin, l’ombrelle avait une banderole, même si elle apparaît hélas retournée sur les photos (grrrr…  -_-  ). J’avais calligraphié sur celle-ci un extrait du poème Mon rêve familier, de Verlaine :

Et les moiteurs de mon front blême, elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

On suppose que la femme dont il est question dans ce poème est justement la mère de l’auteur. Cela m’a permis d’ajouter un deuxième duo mère-artiste identifié à la généalogie du personnage.

Concernant la « prestation » elle-même, un autre poème (de Marceline Desbordes-Valmore, poétesse de la génération de la grand-mère d’Henri) entrait en jeu, mais comme on nous a recommandé des passages courts pour que le défilé reste dynamique, je ne l’ai pas présenté. Cette contingence n’existant pas sur ce blog, voici l’extrait que j’envisageais de lire :

La Mère qui pleure

[…] Son chant que ma voix prolonge
Plane encore sur ma raison,
Et dans ma triste maison
Je n’entends chanter qu’un songe.

S’il ne doit plus revenir,
Pourquoi m’en ressouvenir ?

Le jour ne peut redescendre
Dans l’ombre où son vol a lui,
Et pour monter jusqu’à lui
Mes ailes ont trop de cendre.

S’il ne doit plus revenir,
Pourquoi m’en ressouvenir ?

Comme l’air qui va si vite,
Sois libre, ô mon jeune oiseau !
Mais que devient le roseau,
Quand son doux chanteur le quitte !

S’il ne doit plus revenir,
Pourquoi m’en ressouvenir ?

Madame la Comtesse Adèle de Toulouse-Lautrec, portrait par Henri de Toulouse-Lautrec

 

Petite touche finale, j’ai utilisé de l’huile essentielle de lavande pour me parfumer. Son odeur me rappelle les placards de grand-mère, la maison bien entretenue et où l’on aime retourner pour se ressourcer. De cette manière, la prestation accueillait l’expression de cette « Mère de tou-te-s » par un troisième sens…

Les participantes au concours de Lady Steampunk, au Steam Tour 2015 à Albi, photo de Caro BohèmeSur la photo à droite, les participantes au concours de Lady Steampunk 2015 s’avancent, toutes guillerettes en cette belle journée !

 

Et au-dessous, le terrible jury composé de différents artisans, artistes et connaisseurs…

Le jury pour le concours de Lord et Lady Steampunk, au Steam Tour Albi 2015

Au deuxième rang du concours de Lady et Lord Steampunk pour ce Steam Tour Albi 2015, Valentin Dochine et Vanessa Terral, photo de TenhakuJ’ai eu la très grande joie de recevoir le deuxième prix, en compagnie de Valentin Dochine pour la catégorie Lord !  😀

(J’en profite pour préciser que cette photo et la toute première de la Mère sont de Tenhaku.)

 

Eh bien voilà, je crois avoir tout dit sur Notre Mère des Fronts blêmes…

Une petite anecdote : quelques semaines après, Gabriel Navaridas, qui a aussi participé au Steam Tour, m’a dit que mon costume lui avait rappelé un tableau. Après une recherche, je pense qu’il s’agit bel et bien là d’une influence inconsciente, car je connaissais cette peinture et oui, mon costume lui ressemble trop pour être honnête ! 😉
Il s’agit de La Promenade, ou La Femme à l’ombrelle, de Claude Monet (1840-1926). Elle représente Camille Monet et leur fils. C’est là où je me dis que la silhouette esquissée avec ma Mère est, en effet, une sorte de figure maternelle universelle dans l’art et la représentation de l’époque. *contente et fière*

Tableau de Claude Monet, La Promenade ou La Femme à l'ombrelle

 

Hop, petit bonus et pour le plaisir, une photo d’une partie des participants au Steam Tour, dans la cour du musée Toulouse-Lautrec !Photo de groupe au Steam Tour Albi 2015

 

Publicités

2 réflexions sur “Notre Mère des Fronts blêmes – mon 1er perso steampunk

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s